Nandoli


18 février 2009, visite au village de Nandoli


Après une bonne heure de piste, à travers des paysages de rêve,nous arrivons avec Bokar Sanogo, animateur de Yagtu, au village deNandoli, où la population, en foule, nous réserve le traditionnelaccueil chaleureux comme savent les organiser les Africains : coups defusils, youyous suraigus, danses spontanées et rythmes endiablés.

   

En toile de fond de l'aire de danse, se dressent les deux bâtiments scolaires qui font la fierté de Nandoli.
Le premier, offert par la GTZ, grande ONG allemande, héberge les élèves du 1er cycle (= nos degrés primaires) dans 3 salles de classe. Les 130 élèves se répartissent entre les degrés 1, 3 et 5, le recrutement étant biennal, comme bien souvent, faute de locaux suffisants.

Le deuxième bâtiment, construit par Mail-Mali,est devenu depuis peu un 2nd cycle (= nos degrés secondaires), formé,pour l'instant, d'une 7ème et d'une 9ème année, respectivement de 80 et18 élèves.

Une cantine scolaire, financée par le PAM (Programme Alimentaire Mondial), nourrit les élèves du 1er cycle seulement; ceux du 2nd ne sont malheureusement pas pris en charge.Cette situation est quelque peu choquante. Le directeur émet le vœu devoir ses élèves pouvoir bénéficier, eux aussi, des bienfaits d'une cantine. Cela ne laisse pas Mail-Mali indifférent qui, peut-être, s'investira dans ce projet.

Lors de cette rencontre à Nandoli, 8 tonnes de céréales ont été distribuées aux représentants des 8 villages formant la commune de Nandoli. Il s'agit là d'un don de Mail-Mali dans le cadre de son aide alimentaire d'urgence en réponse à l'appel lancé par Yagtu pour venir en aide aux populations des régions qui ont été dévastées par les criquets.

Chants, danses et coups de fusil des chasseurs ont ponctué ces moments d'intense joie, de partage et de grande reconnaissance.



En raison des mauvaises récoltes de ces dernières années dues tantôt à la sécheresse, tantôt aux invasions de criquets, le moulin à grain n'a pas eu beaucoup à travailler. Il est en bon état et fonctionne bien.
Les maigres bénéfices qu'il a malgré tout engendrés ont permis de son entretien et surtout la mise en place d'un micro-crédit dont profitent 60 femmes du village.