La route du poisson


Échéance prolongée pour la réfection de la «Route du Poisson»

Écrit par Corinna Leblanc-Justin Business, 16 mars 2011


Au Mali, la « Route du Poisson », qui va de Bandiagara à la frontière burkinabé en passant par Wô, Bankass et Koro, est liée à une belle histoire. Cet axe doit son nom au fait qu’elle permettait l’acheminement de divers produits, dont le poisson, vers le Burkina-Faso voisin ou le Ghana en vue leur commercialisation. Malheureusement, cette activité est en panne en raison du délabrement de cette infrastructure de transport.

Ainsi, dans l’optique de redynamiser les choses, des travaux de réhabilitation du tronçon Wô-Bankass-Koro (91 km) ont été entrepris depuis novembre 2009. Plus d’un an après, ceux-ci accusent du retard, ce qu’a constaté Ahmad Diane Séméga, le ministre malien de l’Equipement et des Transports, en visite sur le chantier la semaine dernière. En effet, le projet initial de l’axe Wô-Bankass (60 Km), confié à un groupe d’entreprises tuniso-burkinabé SGTI-ATP, a dû être revu en raison d’une pente dangereuse pour les poids lourds, s’élevant sur l’ancien itinéraire. Autre difficulté, c’était le manque d’eau sur le chantier. Cela a été résolu en creusant cinq forages. En outre, l’effectif et la technologie engagés pour ces travaux ont été renforcés. Malgré cela, ce projet, soutenu à hauteur de 12,4 milliards FCFA (25 millions de dollars américains) par la Banque Ouest-Africaine de Développement, la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO, l’UEMOA et le Mali, devrait s’achever en février 2012, au lieu de l’échéance initiale d’octobre 2012.

En tout cas, les travaux qui s’effectuent sur la Route du Poisson ont un impact certain sur la vie des localités voisines. Déjà, grâce aux forages, le millier de villageois de Tiendé Kandé n’ont plus à puiser l’eau à plus de 50 mètres sous terre. Pour leur plus grand bonheur.