info 16, novembre 2004


Le 3ème Malithon : Bilan  /  Menace des criquets pèlerins

Parrainage  /  YA-G-TU


CHF 81'814.55.- !  Voilà le bénéfice [dont à déduire les frais] qu’a rapporté le Malithon du 24juin dernier !

Notre reconnaissance, relayée par celle de la population de Bendjéli, s’adresse aux élèves et à leurs parrains qui ont participé physiquement ou financièrement à notre action. Plus de 2500 élèves ont couru, 153 classes et leurs maîtres sesont engagés dans ce défi : récolter l’argent nécessaire à la construction de 3 salles de classe à Bendjéli. 

Ce résultat dépasse nos espérances et nous permettra d’offrir en prime des panneaux solaires pour la lumière dans les classes. En profiteront en premier lieu les élèves de 6ème qui doivent réussir les examens pour accéder au second cycle, car, en cas d’échec, leur parcours scolaire s’arrête là ! Cet éclairage bénéficiera aussi aux adultes qui pourront y suivre des cours d’alphabétisation dispensés par l’association YA-G-TU de Bandiagara, dont nous soutenons financièrement quelques-unes des activités.

Si, bien souvent, les écoles manquent de maîtres, l’absence de salle de classe est encore plus criante. Parmi nos dossiers, cinq demandes de construction d’écoles attendent une réponse ! Faudra-t-il les faire patienter 4 (l'intervalle entre deux Malithons), 8, 12 ans ou plus ? Leur envoyer une réponse négative ? Ou ne vaudrait-il pas mieux développer nos énergies pour parvenir à construire à un rythme plus rapproché ?

Voilà un sujet de réflexion qui ne manquera pas de nous occuper ces prochains temps et dont la réponse dépendra de l’engagement du public qui voudra bien nous accorder sa confiance.


La menace des criquets pèlerins


Cette année, la mousson a tardé à déverser ses pluies, si bien que les semailles ont eu lieu avec un bon mois de retard. Mais si aujourd’hui ce retard semble se combler,une menace terrible pèse sur les cultures de toute l’Afrique de l’Ouest :l’invasion de criquets pèlerins !

De la Mauritanie(déjà fortement touchée) au Tchad, en passant par le Sénégal, le Mali, le Burkina-Faso et le Niger, l’alerte est donnée. Dans chacun de ces pays, des essaims ont été repérés. On craint une catastrophe pire que celle de 1987, qui avait causé pour 250 millions d’euros de dégâts. Malheureusement, les moyens de défense font largement défaut et, à l’heure actuelle, seuls les ⅔ des fonds nécessaires ont été rassemblés par l’aide internationale. Quant à nous, nous nous sentons démunis, totalement impuissants face à de tels fléaux… 

Voici l’appel au secours reçu le mois dernier de Bandiagara :


« La Commune a échappé aux criquets, mais l’hivernage a été inachevé. Au moment de l’épiaison, les pluies se sont brusquement arrêtées. Nous n’avons que des tiges et non des graines. Plusieurs localités ont été touchées par des criquets et ici, à Bandiagara, c’est l’insuffisance des pluies. Bientôt, des mouvements de populations seront enregistrés. La commune qui n’a rien produit recevra des populations en exode. (…) Il est important que l’on sache que Bandiagara doit avoir un appui.  Nous savons que vous investissez assez dans notre Cercle et nous vous en remercions. Cependant, nous venons vers vous pour nous soutenir.

Une fois de plus, nous comptons sur vous.

Le Collectif vous remercie d’avance tout en souhaitant que Dieu vous donne le pouvoir et la chance de nous soutenir.»



Action "Criquets"


Bien sûr, nous allons nous investir pour les aider et lançons dès aujourd’hui l’Action « Criquets »; si vous décidez de répondre à cet appel,veuillez préciser « criquets » sur votre bulletin de versement. Vous avez d’ores et déjà notre reconnaissance.


Le parrainage


Cependant, par nos diverses aides, nous pensons pouvoir quelque peu soulager cette population,ne serait-ce qu’en parrainant (logement, nourriture, fournitures scolaires) les élèves de Djiguibombo. Dans un exemplaire élan de solidarité, 28 classes de l’ESRN se sont annoncées pour parrainer les 28 élèves de Djiguibombo qui poursuivent leur scolarité à Bandiagara (et qui ont tous été promus à la fin de leur 7ème année !). Ces classes ont déjà versé suffisamment d’argent pour leur garantir les trois années d’études à Bandiagara ! L’action de parrainage se poursuivra, car 37 nouveaux élèves rejoindront leurs camarades au second cycle.


YA-G-TU


Outre la construction de l’école de Bendjéli, qui ne commencera qu’au début de 2005, nous allons continuer  à soutenir les efforts de notre partenaire privilégié, YA-G-TU, mentionné plus haut. Rappelons que cette association de femmes, basée à Bandiagara, œuvre dans environ 80 villages du Plateau Dogon, et dans les domaines les plus divers .Cela va du reboisement au petit crédit, en passant par l’assainissement des villages, la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles, la nutrition des nourrissons, l’alphabétisation des adultes, l’achat d’ânes et de charrettes, la mise en place d’activités génératrices de revenus (ateliers de teintures, de fabrication de pommade ou de savons à base de karité), sans oublier l’élevage, l’agriculture, l’apiculture, la lutte contre l’excision,contre l’esclavage des enfants, …
 
L’avantage de collaborer avec YA-G-TU réside en ce que nous avons là des partenaires fiables,fort compétents, non seulement au courant des besoins, mais aussi à même de proposer des solutions adéquates.