Banque de céréales, 2008-2009


Création d'une banque de céréales à Thinthinomé






Construction d’une banque de céréales et un bureau annexe, à Thinthinomé, à 19 km de Gao, sur la route de Niamey. Projet présenté par l’ONG DDRANAS (Développement Durable des Ressources Naturelles au Sahel).

Résultats attendus : assurer la sécurité alimentaire grâce à une disponibilité constante de céréales, valoriser la production locale, atténuer le départ en exode des bras valides, rendre la population autonome vis-à-vis des commerçants usuriers.

Projet estimé à environ CHF 12'500.-

La réalisation du projet


12 juillet 2008 : pose de la 1ère pierre à Thinthinomé de la banque de céréales

Le 11 juillet 2008, partie de Bandiagara, une délégation formée de Hablo Bâ, Benoît Kassogué, Alhader Touré, Amirou Sangara et Jacques Humbert s’est rendue à Thinthinomé, village proche de Gao, sur la route menant au Niger voisin. Chants, danses discours et embrassades ont marqué le chaleureux accueil, tel que savent nous en réserver les Africains.





Le lendemain, après avoir visité leurs cultures (essentiellement du riz), leur poulailler, une plantation d’eucalyptus, ainsi qu’un jardin qui exploite les graines maraîchères, il a été procédé à la pose, toute symbolique, de la 1ère pierre de la banque de céréales. La joie et la reconnaissance des habitants de Thinthinomé se sont manifestées tout au long de notre bref séjour et, nous joignant à eux, nous vous transmettons leur grand MERCI.

Après avoir consacré une partie de leur temps à confectionner les briques en banco durant la saison des pluies, les villageois ont commencé la construction du bâtiment et vont tout bientôt acheter les stocks de céréales, ce qui mettra un frein sérieux à la spéculation.

 

Inauguration de la Banque de céréales à Thinthinomé


Le 8 février 2009 a eu lieu à Thinthinomé l'inauguration de la banque de céréales offerte par Mail-Mali. La cérémonie s'est déroulée en présence des autorités locales, à savoir le Chef de village Hama Maïga,  le Maire Idrissa Maïga, le Directeur de l'Agriculture Oumar Maïga, le Président de l'association Koydjinnè Ibrahim Touré et le représentant de Mail-Mali à Gao, Alhader Touré, photographe officiel de cette journée mémorable.



Comme il se doit, avant et après les discours, l'ouverture des portes de la banque de céréales et la visite des lieux, chants et danses traditionnels n'ont pas cessé d'animer le village en fête.

Actuellement, la banque de céréales, - un bâtiment de 11m sur 4m, équipé de chaises, tables et armoire - abrite 110 sacs de riz et de mil. Elle est dotée d'une bascule pour les charges de 50kg à 500 kg et d'une balance pour les charges inférieures à 50kg. Elle est gérée par un gérant, un responsable de l'approvisionnement et le trésorier de l'association Koydjinnè. De plus, elle dispose de 4 bœufs et de 2 charrettes pour le transport des sacs.

Un complément financier nous est demandé pour une dizaine de sacs de ciment, des semences et des produits de traitement pour les stocks de céréales.

Lettre de reconnaissance et de remerciement (extraits) :
"... Nous, personnes âgées, adultes et jeunes du villages de Thinthinomé (Tacharane) GAO. à travers la présente note, vous disons merci, merci et merci infiniment. Le destin a fait que nous soyons partenaires à travers notre digne et courageux fils (Alhader) et ce même destin a fait que vous nous offrez une banque de céréales qui, aujourd'hui, est une réalité au profit d'environ 8'000 habitants.

Grâce à cette banque, une nouvelle aube apparaît dans notre vie. Quel Bonheur ! Que de plaisir ! pour nous et cela grâce à vous. L'immensité de votre œuvre dépasse et renferme notre rêve. Notre partenariat est unique en son genre dans toute la région (...) Vous venez de nourrir notre espoir, qui n'existait plus en réalité (...) Nous espérons que cette gigantesque œuvre n'est pas la dernière et que chaque fois que c'est possible, votre soutien ne va pas manquer, car cette décentralisation que le Mali a adopté est synonyme d'abandon de l'État vis à vis des populations qui n'ont pas de représentants dans la gestion des actions qu'entreprend l'État, et tel est notre cas."