Bilan


Bilan intermédiaire, Juin 2005


Nous n’avons pas (pas encore ?) de héros à exhiber, qui aurait, pour défendre notre cause, franchi le désert en kayak, traversé l’Atlantique en équilibre sur un filin ou escaladé le Kilimandjaro en tenue de plongée sous-marine. En revanche, nous pouvons nous féliciter de vous avoir, vous, comme soutiens fidèles, discrets, modestes et non moins méritants.Et nous vous en sommes profondément reconnaissants. En novembre 2004, nous avons donné le coup d’envoi de l’Action « Criquets » et nous vous en présentons ci-après un bref bilan intermédiaire :

Objectif : Verser CHF 60'000.-, de janvier à octobre 2005, pour acheter et distribuer* mil** ou riz** aux habitants de Bandiagara et de quelques villages. Les besoins allant s’accentuant et le prix des céréales risquant de grimper, nous avons prévu de donner des sommes progressivement augmentées :

mois
somme versée
somme à verser
          janvier
3'000.-

          février
3'000.-

          mars
4'000.-

          avril
4'000.-

          mai
6'000.-

          juin
7'000.-

          juillet

7'500.-
          août

8'000.-
          septembre

8'500.-
          octobre

9'000.-
Total versé
27'000.-

Total à verser

33'000.-

*      La distribution des céréales, à Bandiagara, est assurée par les 8 chefs de quartier, qui connaissent les habitants 
de leur secteur et leurs besoins.



**   Les régions du Sud, moins touchées par la sécheresse et épargnées par les criquets ,peuvent fournir les céréales 
nécessaires, de même que l’immense région du Centre, plus de 30'000 km2, inondée par la crue du fleuve Niger.

Après avoir versé CHF 27'000.-, nous avons actuellement CHF 13'000.- dans la caisse.

Il nous reste donc à récolter CHF 20'000.- pour atteindre l’objectif visé.

Rappelons peut-être qu’une sécheresse, en 2004, a sévi dans tout le Sahel et n’a pas permis de récolter le mil nécessaire; de surcroît, plusieurs zones du pays Dogon ont été dévastées par les criquets,anéantissant les déjà maigres récoltes. Ainsi, face à une situation alimentaire dramatique, Mail-Mali a décidé de venir en aide à ces populations durement éprouvées. Certes, d’autres organismes s’investissent aussi pour dispenser une aide alimentaire à cette région ; notre association n’est donc pas la seule à intervenir sur le terrain, mais cette aide demeure insuffisante.D’ailleurs, suite au tsunami, le PAM (Programme alimentaire mondial) s’est vu contraint de diminuer de 30% son aide en Afrique.

C’est pourquoi nous essayons, par ce courrier, de redonner un coup de fouet à notre action.

Si l’invasion des criquets, conjuguée aux effets de la sécheresse, a provoqué moins de dommages visibles et de victimes directes que le tsunami du 26 décembre 2004, il n’en demeure pas moins que, loin des médias, toute une population souffre en silence. Sur place, nulle plainte ne s’élève, mais des mots, des gestes, des regards nous expriment, au-delà de leur détresse, leur immense reconnaissance.


Bilan Final, Novembre 2005


118 tonnes de riz, ou 2360 sacs de 50 kg,ou encore CHF 64'324.- : voilà le bilan de l’action « Criquets » menée de janvier à octobre 2005 pour venir en aide à la population sinistrée du Plateau Dogon (Mali), suite à la sécheresse de l’été 2004, aggravée, par place, par des invasions de criquets. 

Nous vous exprimons ici notre profonde reconnaissance, ainsi que celle de tous ceux qui ont pu bénéficier de votre aide. Ils nous chargent aussi de vous transmettre leurs bénédictions.