Lancement de l'action, novembre 2008

Le 16 octobre 2008, nous avons reçu une demande d’aide alimentaire d’urgence, présentée par notre partenaire Yagtu, association de femmes de Bandiagara qui œuvre dans plus d’une centainede villages du Plateau dogon. Elle s’efforce de mettre sur pied desprojets de développement durable qui luttent contre la pauvreté etfavorisent la promotion des femmes.

C’est à cette associationque des représentants de 17 villages du Plateau dogon se sont adressés,dans l’espoir de recevoir un secours alimentaire.

En effet, alors que les pluies ont été généreuses et qu’on s’attendait à desrécoltes satisfaisantes, les criquets ont fait leur apparition et ontsaccagé, par place, la plus grande partie des cultures.

Laperspective est donc très sombre pour les populations de ces villages.Mais une disette n’émeut guère le monde, en tout cas n’attire pas lesmédias qui n’ont alors pas encore d’images choquantes à exhiber !

Cependant,la famine menace, et cela d’autant plus que les réserves, largemententamées suite aux mauvaises récoltes précédentes, n’ont pas pu êtreréapprovisionnées.

La situation est donc dramatique, lesconséquences de cette calamité diverses : les premières victimes serontles petits enfants, puis les adolescents dont la croissance serafortement perturbée ; les forces vives quittent déjà les villages pourles villes, dans l’espoir, souvent vain, d’y trouver du travail. Déjàpauvres, les familles vont consacrer leurs maigres revenus à acheterdes céréales, dont le prix ne va cesser d’augmenter au fil du temps, etelles n’auront plus les moyens d’envoyer leurs enfants à l’école.Ainsi, bien des jeunes s’en iront et se retrouveront perdus dans desgrandes villes, proies faciles pour les embaucheurs de plantations decafé ou 
de cacao étrangers, qui les soumettront au travail forcé,esclavage pur et simple. Enfin, en l’absence des hommes, les femmesauront seules à supporter toutes les responsabilités économiques,sociales et éducatives.


Nous n’avons pas de baguettemagique, nous ne détenons pas le pouvoir de changer le monde,d’éradiquer la famine, d’assurer aux Dogons et au reste du monde desrécoltes satisfaisantes, nous le savons bien.
Néanmoins, nousrestons convaincus que nous avons la possibilité de changer un peu lasituation douloureuse d’une population, de calmer un peu la faim devillageois aux abois, de redonner un peu d’espoir aux habitants de ces17 villages qui attendent du secours ! C’est pourquoi, mobilisons-nousdonc et

Éteignons les 1ères flammes de ce qui risque 

de devenir un incendie violent et ravageur !


Dans ce but, nous lançons l’Action « sous = riz »



Pour appuyer notre campagne, nous avons édité une nouvelle série de 16 cartes postales, 8 peintures de Marlyse Terrier et 8 photos de Jacques Humbert, que des élèves de l’ESRN ne manqueront pas de vous proposer de commander. 

Les cartes postales pourront aussi être achetées à notre prochain stand